APICULTURE

Pourquoi et comment protéger la ruche du varroa?

Chaque année, après la récolte d’été, l’apiculteur doit protéger la ruche contre le varroa. Un envahisseur qui peut mettre à mal toute la colonie si rien n’est fait.

varroa destructor

Quelques mots sur les varroas

Le varroa destructor est un acarien parasite des abeilles. Ressemblant à un petit crabe aplati, il peut se retrouver sur une abeille adulte ou encore dans le couvain. Il se propage très rapidement et très facilement. L’éradiquer doit être une priorité s’il est prouvé qu’il y en a dans une ruche. Il est très présent dans nos contrées c’est pourquoi il est recommandé de systématiquement traiter les essaims. Il faut s’en occuper avant qu’il ne contamine toute la colonie car, comme tout autre parasite, le varroa présente un danger pour son hôte.

C’est grâce aux femelles qu’on arrive à savoir s’ils sont présents dans une ruche. Celles-ci sont visibles à l’œil nu, entre 1,5 à 1,8 mm de long et entre 1 à 1,2 mm de large. Elles s’accrochent le plus souvent à une abeille adulte. Les mâles sont plus petits (diamètre compris entre 0,8 et 0,9 mm) et ne sortent jamais des alvéoles. 

Conséquences de la présence de varroas dans une ruche

, Bien que le varroa ne tue pas directement l’abeille, il la rend plus fragile et plus sensible aux maladies. Il se reproduit directement dans le couvain et sans traitement, c’est la colonie toute entière qui s’affaiblit petit à petit jusqu’à provoquer sa mort. Et forcément, plus les abeilles meurent et plus il y a une réduction significative de la production de miel…

Comme expliqué plus haut, il est possible de voir le varroa femelle à l’œil nu, mais cela ne vous aidera pas à évaluer la quantité de parasites présents. Pour ce faire, il existe différents systèmes de dépistage. La plus simple est d’imbiber un papier de corps graisseux et de le placer au fond de la ruche. Après, deux ou trois jours, celui-ci retiendra un certain nombre de varroas. Pour évaluer le niveau de contamination, on peut considérer que pour chaque parasite capturé sur ce papier, il faut compter qu’il doit y avoir entre 100 et 150 varroas présents dans la ruche. La vidéo ci-dessous explique assez bien le principe. 

Il est aussi possible d’utiliser des fonds de ruches spéciaux anti-varroa. Ils sont grillagés avec une plaque en bois coulissante. Les varroas tombent sur la plaque à travers le grillage et il suffit alors de compter. 

Il existe cependant un seuil — environ 2500 acariens — qui est supporté par la ruche. En dessous de ça, celle-ci est considérée comme saine. 

Comment se débarrasser des varroas ?

Fort heureusement, il existe des traitements efficaces pour éradiquer le varroa.Dans cette optique, des solutions bio ont été developpées. Celles-ci sont composées essentiellement de substances naturelles comme l’acide formique. Ces traitements sont cependant assez compliqué à mettre en oeuvre dans notre région en fin d’été car la température doit être comprise entre 12 et 20 degrés au moment de l’application. Le mieux étant également de la faire au milieu de la journée quand la plupart des butineuses sont de sortie.

Il y a également des traitements sous forme de bandes prêtes à l’emploi telles que Apivar et Apistan. Elles sont à acheter en pharmacie ou se trouvent facilement sur le net. Très faciles d’utilisation, il suffit de déposer les languettes sur les cadres. Malheureusement, ce traitement n’est pas bio. 

Une autre technique complémentaire est de placer une feuille de rhubarbe au dessus des cadres de sa ruche. Les abeilles vont consommer cette feuille et ingurgiteront de l’acide oxalique. Détestant cet acide, le varroa tombera naturellement de l’abeille.

On parle également de plus en plus de la recherche sur des abeilles tolérantes, voire résistantes au varroa…probablement une piste très prometteuse pour l’apiculture de demain. Si vous souhaitez en savoir plus, voici un très bon dossier réalisé par CARI -> lien ici

Dans tous les cas, l’objectif des traitements est de lutter efficacement contre le parasite tout en limitant les risques. Cela vaut pour les abeilles, les apiculteurs et les consommateurs. Pour que le miel garde toutes ses propriétés bénéfiques, il faut que la colonie soit en bonne santé. Quelque soit le type de traitement utilisé, celui-ci doit avoir lieu après la récolte. Il est préférable de le faire fin août car c’est à cette période que le varroa se multiplie le plus rapidement. 

abeille qui butine une fleur
Sed Lorem eget odio libero. non quis dolor Donec ut et, adipiscing

Abonnez-vous à notre newsletter!

Nous vous tiendrons au courant pour le lancement de nos produits ! Pas de spams promis :) 

Merci de vous être inscrit!